Déployer un projet durable

La plupart des chercheurs parlent de leur projet scientifique avec le souci de l’inscrire dans une durée longue. L’enjeu est de maintenir vivantes les lignes de recherches prometteuses par un travail d’approfondissement ou d’élargissement des problématiques abordées. Cela demande de maintenir une certaine continuité des travaux, tout en explorant parallèlement de nouvelles pistes de recherche possibles.

La fécondité de la recherche s’inscrit dans la durée

Développer un domaine de recherche demande du temps, de la ténacité, des prises de risque avant que ces travaux ne soient reconnus. Nombreux sont les exemples de recherches originales qui se sont révélées fécondes à la suite de travaux conduits dans l’incertitude sur plusieurs années. Dans la communauté universitaire, ce n’est qu’à certaines occasions que le long cours de la recherche est susceptible d’être évoqué, lors d’événements particuliers tels une leçon inaugurale, une leçon d’adieu, une remise de prix ou d’un doctorat honoris causa. Considérer la recherche comme une activité au déploiement lent, par delà une succession de projets, a des implications importantes quant à la façon même de penser l’apport de la recherche en SHS.

La double temporalité des activités de recherche

Deux échelles temporelles sont en fait à distinguer. Il y a la temporalité du « projet de recherche » au sens usuel du terme, pour désigner un projet financé et planifié sur une durée déterminée, souvent sur 2 ou 3 ans. Pour désigner le déploiement à long terme d’une activité de recherche individuelle ou collective, à l’échelle d’une décennie, voire de toute une carrière, nous utilisons l’expression « projet scientifique ».

Les parcours des chercheurs interviewés mettent en évidence la réalité du long terme. Développer un projet scientifique dans la durée relève d’un itinéraire difficile à programmer ou à planifier, compte tenu des multiples aléas et incertitudes auxquels il faut à tout moment faire face.

Le management de la recherche par projet, inspiré par une rationalité d’entreprise, focalise l’attention sur les durées brèves. Il induit l’idée que chaque projet devrait produire des résultats aux effets ou retombées objectivables. Une telle vision d’un temps de recherche suivi par un temps d’application ou d’utilisation des résultats ne reflète pas la réalité des activités de recherche en sciences humaines et sociales.

→ Créer un espace de recherche