Des graphes à interpréter

Les faits décrits et visualisé par la démarche cartographique sont encore à interpréter adéquatement. Alors que les indicateurs quantitatifs de performance permettent des comparaisons normatives, sans nécessairement approfondir le sens et la validité des mesures obtenues, les indicateurs qualitatifs sont plus exigeants et demandent à être interpréter. Le travail d’interprétation se situe sur deux plans.

A un premier niveau, l’interprétation nécessite des informations complémentaires. Le sens qu’il convient d’accorder à certaines observations n’est pas donné d’emblée. Par exemple, le choix des langues de publication au sein d’un institut est-il lié aux connaissances linguistiques des chercheurs, aux réseaux de collaboration établis, ou encore à la disponibilité de fonds pour des traductions? Il est alors nécessaire d’obtenir des informations complémentaires pour comprendre la raison d’être de certaines pratiques. Le plus souvent, ce sont les chercheurs eux-mêmes qui peuvent fournir les clés d’une interprétation adéquate.

A un deuxième niveau, l’interprétation relève d’un jugement évaluatif. L’enjeu est alors d’apprécier l’existence d’éventuels décalages entre ce que les chercheurs peuvent constater quant au déploiement effectif de leurs activités et ce qu’ils escomptaient réaliser. Notons que cette appréciation du décalage ne consiste pas en une simple mesure de distance entre les résultats obtenus et les objectifs visés. En effet, déployer avec succès une activité de recherche dans la durée ne s’apparente pas à la gestion d’un projet. Au fil des ans, les activités de recherche se développent au gré des opportunités et de sollicitations, mais aussi des incertitudes, difficultés et aléas que rencontre tout groupe de recherche. L’enjeu est alors de maintenir un cap avec un projet scientifique lui-même mouvant, susceptible de reformulation et de réorientation selon les circonstances. Dans ce contexte, l’interprétation évaluative des données cartographiques devient un temps de réflexion et de bilan.

→ Une évaluation collaborative